U bent hier:Consensus et guidelines
Co-Prev Consensus périodicité

OPTIMALISATION DE LA SURVEILLANCE DE LA SANTE ET EXECUTION ET ORGANISATION DES EVALUATIONS PERIODIQUES DE LA SANTE

En 2008 déjà, Co-Prev publiait le texte « 10 lignes de force pour l’avenir ». Deux lignes de force importantes qui furent élaborées étaient la nécessité de revoir le mécanisme de financement et la nécessité de moderniser l’organisation de la surveillance de la santé.

La nouvelle réglementation entrée en vigueur en 2016 fait grand cas du premier aspect, mais le second aspect est malheureusement à peine traité.

Par rapport à il y a 50 ans, alors que la réglementation relative à la médecine du travail naissait, nous vivons entretemps dans un contexte industriel et social totalement différent. Ainsi nous voyons diminuer d’une part les risques « classiques » pour la sécurité et la santé et les risques résiduels sont  sous meilleur contrôle et d’autre part nous voyons surgir d’autres nouveaux risques parmi lesquels les risques psychosociaux et ergonomiques qui font principalement l’objet de beaucoup d’attention ces derniers temps.

En outre, de nouveaux défis sociaux engendrent aussi de nouvelles tâches pour les médecins du travail : travailler plus longtemps et en bonne santé, réintégration des malades de longue durée, approche du stress et du burnout etc.

Afin de pouvoir accomplir ces nouvelles tâches et d’autre part de pouvoir continuer à effectuer la surveillance traditionnelle de la santé en faveur des travailleurs pour lesquels cela reste effectivement nécessaire, un nouveau modèle (ou modèle renouvelé) s’impose assurément.

Les principes de base d’un modèle orienté vers l’avenir sont décrits dans le texte de consensus en annexe. Ce texte émane de la Commission surveillance médicale de Co-Prev et a été validé par le Conseil d’administration de Co-Prev. Cela signifie que ce texte a été approuvé par tous les services externes pour la prévention et la protection au travail, qui sont aussi tous membres de Co-Prev. Nous espérons que ce texte contribue à la reconsidération orintée vers l'avenir du cadre réglementaure relatif à l'organisation de la surveillance de la santé, afin que le cadre légal ne soit pas en décalage par rapport aux évolutions sur le terrain.