U bent hier:Présentation > Comment réussir sa politique de prévention?

 

Comment réussir sa politique de prévention?

Les services externes pour la prévention et la protection au travail Belges (SEPP) prennent soin de quelque 3.250.000 travailleurs, et sont présents dans 210.000 entreprises. L’équipe multidisciplinaire des SEPP conseille, et aide chaque employeur affilié dans l’exécution de la réglementation sur le bien-être.  

Les SEPP assument cette tâche en partant de l’idée de base qu’une attention constante pour le travailleur et son environnement de travail, conduit, mène à une plus grande satisfaction au travail, et donc à une meilleure productivité, une meilleure culture d’entreprise et donc…finalement à moins de coûts et une plus grande efficacité.

Un environnement compétitif implique le travail efficace et en sécurité. Un employeur sait que la santé et le bien-être au travail de ses travailleurs sont des éléments déterminants pour le succès de son entreprise ou organisation.   En effet, tout investissement dans la prévention et le bien-être au travail a un impact avantageux sur différents aspects de la vie d’entreprise:

  • la position concurrentielle par la prévention l’employeur évite des accidents et toute perturbation dans le processus de production ou de fonctionnement de l’organisation, et évite ainsi de ne pas pouvoir respecter les dates limites convenues, de perdre des contrats et- finalement- de ne plus compter sur le marché!
  • la satisfaction des clients, l’image: l’impact positif qu’a la prévention sur la gestion de l’entreprise, l’ambiance au travail…n’échappera pas aux clients!
  • la réduction des coûts: investir dans la prévention mène à des économies sous forme d’une diminution des coûts d’accidents, d’une baisse des primes  d’assurance, résulte en moins d’absentéisme, et de rotation parmi le personnel…;
  • la gestion intégrale de la qualité: chaque employeur qui s’est fixé pour objectif de dépasser la moyenne en se distinguant par une excellente qualité, doit agir selon les principes de la gestion intégrale de la qualité. Un accident du travail, dans son acception d’ événement indésirable (non souhaité) et soudain, est par définition contraire à ces principes.
  • la qualité de l’environnement du travail: il va sans dire que cet élément est extrêmement important si l’ entreprise désire retenir, garder ses collaborateurs motivés, et trouver de nouveaux candidats sur le marché de l’emploi. Une attention permanente pour la qualité de l’environnement du travail peut contribuer à l’image positive de l’entreprise. C’est à juste titre que les travailleurs attachent aujourd’hui de plus en plus d’importance à l’environnement du travail. Les collaborateurs sont finalement le capital humain le plus important de l’entreprise !!
  Tous ces arguments démontrent que l’investissement dans une politique de sécurité et de bien-être au travail est un must pour chaque entreprise ou organisation, quelle que soit sa taille, désirant travailler et de manière rentable, efficace et socialement acceptable, plutôt qu’une obligation purement légale à respecter « pour être en ordre ».   Cette multidisciplinarité des SEPP offre également une plus-value réelle à l’égard des entreprises (plus grandes) ou organisations où existe un service de prévention interne.   En bref, les spécialistes des SEPP contribuent directement au résultat de l’entreprise ou organisation.   Comment?  

D’une part en mettant au point, en collaboration avec l’employeur, dans chaque entreprise ou organisation affiliée et par recours aux conseillers en prévention spécialisés (sécurité du travail, ergonomie, hygiène du travail et charge psychosociale): la systématique prévue par la loi qui doit être la base d’une politique de prévention cohérente et réfléchie (analyse des risques, plan d’action annuelle, plan de prévention globale…) ou qui doit être adaptée à certaines situations spécifiques (ex.: examen des accidents du travail graves et incidents de comportement outrageant). Il est bon de savoir que le législateur considère chaque infraction à la législation du bien-être au travail comme une infraction grave: elles tombent sous le droit pénal!
  • en donnant des avis sur les matières techniques qui sont pertinentes pour la sécurité des travailleurs (sécurité dans le processus de la production, l’utilisation d’agents potentiellement dangereux, la prévention des incendies….), sur les conditions de travail du point de vue ergonomique (aménagement et adaptation des postes de travail), sur les conditions de travail du point de vue hygiène du travail…;
  • en aidant l’entreprise en matière de prévention, gestion et traitement de diverses formes de comportement outrageant, l’utilisation de l’alcool ou de drogues, le stress…;
  • en offrant des formations destinées à promouvoir le bien-être du personnel (ex.: en matière de secourisme, la manutention de charges, l’utilisation de produits dangereux, la conduite de chariots élévateurs, l’hygiène dans le secteur des soins de sante, l’hygiène alimentaire, des sessions de sensibilisation pour la ligne hiérarchique…);
 

D’autre part en mettant au point un programme de surveillance de la santé, en collaboration avec l’employeur. La réalisation de ce programme vise un double objectif :  

1.     Détecter et évaluer les risques potentiels dans le milieu du travail, en se basant sur la réglementation existante et en tenant compte d’éléments spécifiques, propres à l’entreprise.

2.     examiner quelle est la répercussion ou l’interaction possible (positive ou négative) des ces facteurs liés au travail sur la santé globale des collaborateurs qui doivent être examinés lors des évaluations de santé.  

Les résultats de ces deux approches doivent être intégrés et forment la base pour la mise en œuvre d’une politique de la santé à la mesure de l’entreprise à toutes les échelles et jusqu’au niveau du travailleur individuel. Les données collectives peuvent à leur tour faire partie intégrante du plan global de prévention et du plan annuel d’action et donner ainsi la continuité et la dynamique nécessaire à cette politique.
Cette approche intégrale permet que les collaborateurs puissent exécuter leur travail dans des circonstances optimales ; ne comportant que des risques minimales elles peuvent même devenir un stimulant du bien-être physique et psychique de ceux-ci.
En cette matière, la possibilité d'un contact personnel et périodique entre le conseiller en sécurité-médecin du travail et tous les collaborateurs de l’entreprise est d’une importance capitale.    

Pour faire plus ample connaissance avec le secteur des SEPP, nous vous invitons à cliquer sur les sites des SEPP membres de notre association, repris sous la rubrique “membres”.